Les Transitions

paris

Trois mois après l’adoption de son plan de lutte contre la pollution atmosphérique, la mairie de Paris vient de dévoiler son Plan Vélo 2015-2020. Un projet ambitieux de 150 millions d’euros qui a pour objectif de favoriser la pratique du vélo dans les rues de la capitale, grâce à l’extension du réseau de pistes cyclables (qui passerait de 700 à 1.400 kilomètres). Notre belle capitale envisagerait-elle de devenir la capitale mondiale du vélo?

C’est le 13 et 14 avril que le Plan Vélo 2015-2020 de la capitale tricolore a été soumis au Conseil de Paris. Grâce à ce projet favorisant une mobilité respectueuse de l’environnement, l’exécutif municipal parisien entend bien améliorer la qualité de son air tout en renforçant le confort, la sécurité et le nombre de ses cyclistes (ils sont 225.000 à faire du vélo quotidiennement dans la capitale à l’heure actuelle).

Pour cela, une grande consultation publique a été mise en place entre décembre et janvier dernier. « Nous avons hiérarchisé les priorités afin d’établir le type d’aménagements à réaliser. L’aspect sécuritaire est souvent revenu », explique Christophe Najdovski, adjoint au maire en charge du secteur des transports, aux journalistes du Figaro.

Dans les faits, Paris compte investir 63 millions d’euros pour aménager une véritable autoroute du vélo, un « réseau express » pensé comme des « aménagements continus et homogènes à double sens ». Ce plan de circulation pour vélo s’organiserait notamment autour des axes Nord-Sud (de la porte d’Aubervilliers à la porte d’Orléans) et Est-Ouest (du bois de Vincennes au bois de Boulogne). 40 millions d’euros supplémentaires serviront à d’autres « aménagements cyclables », dans le cadre de divers projets de transport en commun.

30 autres millions d’euros serviraient à financer le programme « Paris à 30 km/h ». Un projet qui vise à confirmer la généralisation des zones de circulation limitée à 30 ainsi que le contresens cyclable dans l’ensemble des rues à sens unique de la capitale.

Enfin, 7 millions d’euros de l’enveloppe budgétaire du Plan Vélo serviraient à créer plus de 10.000 places de stationnement pour vélos en surface au cours des 5 prochaines années, alors que 10 autres millions seraient dépensés sous formes d’aides à l’acquisition (vélos, cyclomoteurs électriques et triporteurs).

Paris ne cache pas son ambition de se rapprocher du modèle de villes comme Berlin, Bruxelles ou Amsterdam. « Chaque ville a ses caractéristiques, mais effectivement à Amsterdam vous pouvez apprécier le calme d’une ville apaisée et l’absence de bruit. C’est un travail de longue haleine. Les Pays-Bas travaillent sur cela depuis les années 70. Nous avons beaucoup de travail pour arriver à ce stade mais nous avons bon espoir », explique en guise de conclusion Christophe Najdovski.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *