Informer et sensibiliser les jeunes générations : l’autre enjeu de la transition énergétique

ours bl
Si le processus de transition énergétique engagé par le gouvernement nécessitait bien évidemment un coup de pouce législatif afin d’inciter les acteurs des filières énergétiques à investir davantage et de manière plus responsable contre le changement climatique et la préservation de l’environnement, cette révolution à la fois énergétique et écologique ne pourra aboutir sans la participation de chaque citoyen français. Une prise de conscience collective toutes générations confondues semble en effet indispensable afin de réorienter nos priorités dans le sens des économies d’énergies et de la protection de la biodiversité. Dans ce cadre, plusieurs initiatives à la fois nationales et locales voient le jour à destination des plus jeunes afin de sensibiliser les générations de demain aux nouveaux enjeux environnementaux et de les impliquer davantage dans le processus de transition énergétique. 
Les jeunes sont des « vecteurs de lien social, des apporteurs, des diffuseurs d’informations en lien avec des programmes et outils que les usagers et habitants ne connaissent parfois pas. Chaque jeune est un ambassadeur de la mutation écologique du pays et se doit donc d’être informé et sensibilisé aux nouveaux enjeux, formations et emplois en lien avec la transition énergétique », a déclaré Ségolène Royale suite à la création en février dernier de 15.000 nouvelles missions de service civique dans le secteur de l’environnement.
De nouvelles actions engagées en partenariat avec les collectivités territoriales et les grandes groupes publics ou privés, et destinées à accompagner à l’échelle locale les grands projets de loi actuellement en débat et relatifs à la mobilisation des territoires dans la transition énergétique, à l’engagement national pour le climat ou à la protection de la biodiversité.
Plus concrètement, des milliers de jeunes intervenants de 16 à 25 ans pourront s’engager dans des missions de sensibilisation au développement durable via l’organisation de campagnes d’information et de formation aux éco-gestes auprès des élèves et des familles, et la valorisation des espaces naturels et de la biodiversité. Ils travailleront de concert avec de nombreuses associations, collectivités territoriales et entreprises ouvertes à ce dispositif comme le réseau associatif étudiant WARN, la Ligue de protection des oiseaux, les parcs nationaux et régionaux et la Ligue de l’enseignement pour des missions éducatives en lien avec la protection de la nature et des paysages.
Une politique d’investissement dans les générations futures donc, pour laquelle le groupe EDF s’engage lui aussi depuis plusieurs années via des programmes d’information et de sensibilisation des plus jeunes. Dernier en date, le Défi énergie/biodiversité organisé par le Centre de production nucléaire du Civaux en Poitou-Charentes invite cette semaine les élèves des collèges de la région à participer à plusieurs concours et animations relatifs à l’énergie et la biodiversité.
Visites interactives et ludiques des modes de production d’électricité dont le centre d’information de la centrale de Civaux, observation de la faune et la flore environnante à la recherche des espèces animales et végétales emblématiques de la biodiversité locale, les épreuves et activités proposées lors de cette manifestation sont diverses et ont pour objectif de susciter l’intérêt et renforcer les connaissances des plus jeunes sur les principes de la production énergétique et la biodiversité qui les entoure. Réalisée en partenariat avec l’Education nationale et le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement local, cette première édition du Défi énergies/biodiversité propose ainsi des contenus et animations complémentaires au programme pédagogique des classes de collège.
Rappelons ici que le Font d’Orveau, espace clos de 25 hectares situé en périphérie de la centrale dans lequel se déroule ces animations, est un territoire riche d’une grande diversité de milieux naturels n’ayant fait l’objet d’aucune exploitation humaine depuis près de 20 ans.

Laisser un commentaire