Les Transitions

 

recyclage, papier, carton, tri sélectif, énergie, eau, Nathalie Kosciusko-Morizet

Le gouvernement chinois lance une campagne de recyclage des déchets industriels à Beijing (Pékin) et dans les régions voisines. C’est au total six provinces chinoises qui participeront à ce projet d’envergure dont le montant s’élève à plusieurs millions de dollars.

En Chine, la plupart des grandes filières connaissent des taux de croissance importants qui devraient se maintenir dans les années à venir grâce à un recentrage sur le marché intérieur chinois en cette période de crise économique. Un exemple parmi d’autres est le secteur de l’automobile : avec près de 18 millions de véhicules produits en 2011 sur le territoire chinois, la Chine conforte sa première place au niveau mondial, occupée depuis 2009.

C’est pour cela que le gouvernement chinois table sur le recyclage de 400 millions de tonnes de déchets industriels solides par an d’ici 2017. C’est notamment la municipalité de Tianjin, les provinces du Hebei, du Shanxi et du Shandong, ainsi que la région autonome de Mongolie Intérieure, qui ont été pionnières en la matière. Dans le détail, ce plan compte développer une industrie de traitement des déchets capable de recycler 20 millions de tonnes par an jusqu’à 2017. En matière économique, cela représente une valeur de production de 220 milliards de yuans (35,4 milliards de dollars).

Mao Weiming, directeur adjoint du ministère chinois de l’Industrie et de l’Informatisation (MII), fier de cette alliance interrégionale, a énoncé les bienfaits d’une telle coordination. Cela va permettre selon lui de relancer l’économie, d’être plus enclin aux respects des normes environnementales et de garantir une entente régionale coordonnée.

Bi Junsheng, un responsable du MII a cependant nuancé le propos en énumérant les difficultés inhérentes à un tel projet. La Chine devra développer ses infrastructures et améliorer l’intégration de ces dernières, car le recyclage des déchets est fondamental pour la protection de l’environnement qui est l’une des priorités du programme

Ce projet est une nécessité pour la capitale chinoise et ses régions attenantes, car la pollution engendrée par les déchets affecte la qualité de l’eau.  Pékin et ses environs constitue le centre industriel de la Chine, là ou la grande partie des rebuts industriels solides sont produits, sous forme de graviers, de ferrailles, de plastiques ou encore de poussières de charbon.

A titre d’information, en 2014, 2,37 milliards de tonnes de déchets solides industriels ont été produits dans cette zone géographique. Ce qui représente plus de 70 % de la production totale de déchets industriels du pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *