Les Transitions

veau

 

Depuis 2008, la surface des cultures biologiques a été multipliée par deux, et atteindra le million d’hectares d’ici fin 2015. L’élevage bio en France est imperméable à la crise, contrairement à l’élevage traditionnel. Portée par la filière bovine, cette agriculture certifiée AB poursuit sa croissance selon l’Agence Bio.

« L’environnement économique et notamment la crise de l’élevage a accéléré les décisions des agriculteurs pour passer du système conventionnel au système bio », a observé Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio. Un constat qui rappelle que l’agriculture bio est promis à un avenir doré.

A la fin du mois de juin dernier, le nombre de fermes bio avait augmenté de 8% par rapport à la même période en 2014. A la fin de l’année, leur surface devrait dépasser 1,25 million d’hectares, soit 4,6 % du territoire agricole français. 5.860 fermes bio, spécialisées dans l’élevage de bovins, étaient répertoriées à la fin du premier semestre 2015, soit une hausse de 8,42% par rapport à l’an dernier à la même époque. L’Auvergne et Midi-Pyrénées arrivant en tête des régions concernées.

Cet engouement pour la filière bio s’expliquer par la chute des cours de la viande et du lait dans l’agriculture conventionnelle. En effet, le prix du litre de lait est actuellement à 30 centimes. Un véritable coup dur pour les agriculteurs. A la fin de l’année ce prix pourrait encore descendre de quelques centimes et laisser sur la paille certaines exploitations. Le marché du bio étant porteur, avec de nombreux consommateurs se souciant plus de la qualité que du prix, les agriculteurs se sont lancés dans la labélisation bio pour voir leurs entreprises perdurer.

Quelques chiffres illustrent bien cet essor. L’apiculture bio regroupe 12,6% de la totalité des ruches en activité. Avec près de 3,7 millions d’oeufs bio pondus en 2014, la filière bio représente 8% du total des poules pondeuses. Les vaches élevées sous le label AB (viande et lait confondus) représentaient, en 2014, 3,1% de la totalité du cheptel. Les ovins bio totalisaient 4,5% du cheptel et les caprins 5,3%, toujours la même année. La filière porcine bio, en retard, comptabilise 0,8% de l’élevage porcin national, avec 210 fermes fin juin 2015.

« 76 % des produits bio consommés en France sont «made in France», soit 20 % de plus qu’il y a 7 ans », a déclaré Elisabeth Mercier. L’Hexagone est même devant l’Allemagne et prend la troisième au niveau de l’Union européenne, avec 10 % des surfaces bio cultivées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *