L’autopartage : promouvoir l’économie et l’écologie

En France, l’autopartage se développe de plus en plus et constitue une alternative efficace à la voiture traditionnelle. Plus économique et plus écologique, l’autopartage fait déjà des émules dans 23 villes françaises. De Paris à Monaco, retour sur ces solutions alternatives et citoyennes. Pour résumer, l’autopartage consiste à mettre à dispositions de quelques personnes un ou plusieurs véhicules. Ainsi, les frais d’essence sont automatiquement diminués et les couts d’utilisation du véhicule baissent considérablement. Par rapport à une voiture individuelle, les frais engendrés par l’autopartage sont minimes. De plus, dans bien des cas, les voitures proposées en autopartage sont des voitures électriques, comme c’est ainsi le cas de l’Autolib’ à Paris. Pour les mairies, ces solutions innovantes sont très efficace. A Paris, plus de 10 000 personnes par jour profitent ainsi du service autolib’.

Actuellement, 23 grandes villes françaises proposent des services d’autopartage, comme Bordeaux, Besançon, Poitiers, Marseille ou encore Toulouse. A l’origine, l’autopartage a connu des débuts mitigés dans les années 1970. Puis, cette forme alternative de transport s’est réellement développée dans les années 1990 et aujourd’hui, de plus en plus de villes européennes commencent à proposer des services d’autopartage. Dans le cadre de la transition énergétique et des lois Grenelle I et II, l’autopartage est même encouragé comme solution écologique.

 Plus récemment, la ville de Monaco a elle aussi proposé un service d’autopartage. Ainsi, les véhicules électriques Mobee, mis en service par EDF, vont désormais circuler dans la Principauté 24h/24h, pour le plus grand bonheur des monégasques. En Europe, ces services connaissent aussi un essor tout à fait considérable. Au Royaume-Uni, en Belgique, en Allemagne ou encore en Autriche, des services d’autopartage sont proposés aux habitants avec des résultats non-négligeable. Dans la capitale française, la mairie espère faire grimper le nombre d’autolib’ à 3 000 pour faire face au succès rencontré.

 En bref, sachant allier économie et énergie propre, l’autopartage constitue une solution alternative à la voiture individuelle. En outre, les services d’autopartage contribuent aussi à faire découvrir la voiture électrique aux usagers, notamment dans certaines villes françaises comme Paris ou Monaco.

Laisser un commentaire