Les Transitions

banque mondiale, réchauffement climatique, gaz à effets de serre, carboneL’organisation météorologique mondiale vient d’enregistrer dans son bulletin annuel des gaz à effets de serre une concentration record, sa publication ravive les inquiétudes liées au réchauffement climatique. Son secrétaire général, Michel Jarraud, veut continuer d’alarmer les autorités responsables sur « les niveaux jamais enregistrés depuis l’époque préindustrielle ».

Selon l’organisation, le CO2 serait à l’origine de 85% du réchauffement climatique sur la période des dix dernières années. De surcroit, en l’état des connaissances nous ne sommes pas en mesure de prévoir les répercussions de ce changement de composition de l’atmosphère, et ce d’autant que le carbone libéré par l’activité humaine n’est désormais plus à absorber à 50% par les « puits de carbone » (océan, forêt..) du fait de leur satura     tion. A l’heure actuelle le CO2 n’est pas le seul gaz responsable de ces dérèglements, l’organisation s’intéresse notamment au méthane (CH4) et au protoxyde d’azote (N20).

La situation semble véritablement préoccupante comme en atteste la récente étude réalisée par la banque mondiale qui s’est intéressée aux conséquences que pourraient avoir une hausse de 4C° dans le courant du XXIème siècle. Alors que s’ouvre la conférence sur le climat de Doha d’ici quelques jours, le président de la banque mondiale M. Jim Yong-kim prévient la production de blé pourrait baisser de 14 à 25% en cas d’une hausse des température de seulement 2C°.

Mathieu Ravignan

En savoir plus :

  • Réchauffement climatique : survivre dans un monde à + 4 degrés ; LesEchos.fr
  • L’OMM constate une nouvelle concentration record des gaz à effet de serre ; LePoint.fr

Crédit photo : © Ecolo Forest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *