Les Transitions

La mode du Végétarisme

15 janvier 2013

agriculture, étude, vitamine B12, code pénal, lobbyDoit-on changer notre mode de consommation au nom de l’éthique animale ? C’est la question qu’on peut se poser au regard du nombre croissant de végétariens. La cruauté est de moins en moins tolérée dans nos sociétés comme en atteste l’article du code pénal qui condamne la violence à l’égard des animaux. Des personnalités médiatiques comme Brigitte Bardot se sont d’ailleurs emparées de cette question.

Le modèle écologique. Au-delà des questions sur la technique de la lyophilisation et des intérêts du lobby de la viande industrielle, on peut aborder cette problématique sous l’angle de l’empreinte carbone. En effet, avec la hausse de la population mondiale le différentiel entre un kilo de bananes et un kilo de veau est éloquent, respectivement 120 grammes d’équivalent carbone contre 11,12 kilogrammes carbones.

La nutrition. Néanmoins, comme nous l’avons vu lors d’un précédent article, l’outil d’empreinte écologique présente lui-même ses limites. Toutefois, si l’homme reste un omnivore, il n’en reste pas moins qu’un rapport à de la FAO (Nations Unies) de 2006 montre l’élevage pose un défi pour l’agriculture moderne. Enfin l’étude Campbell en 2005 apporte des indications sur les conséquences alimentaires en matière de nutrition. Selon ces travaux il semblerait que manger de la viande en quantité provoque de nombreuses maladies dans les sociétés occidentales. Pourtant aujourd’hui les vitamines B12 restent indispensables pour l’être humain et celles d’origine végétale sont très peu biodisponnibles.

En savoir plus :

Vanessa Fitoussi.

Tag : agriculture, étude, vitamine B12, code pénal, lobby

Crédit photo : ©vincent pouydesseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article suivant

»