Les Transitions

L’arrivée attendue de l’opérateur de streaming américain Netflix devrait accélérer le développement de la SVOD (Vidéo à la demande par abonnement) en France et modifier les rapports de forces du marché audiovisuel français. Un lancement qui devrait aussi amener la France à adapter sa législation audiovisuelle à cette nouvelle transition numérique. Pour accélérer son expansion en Europe, Netflix a annoncé vouloir lever 400 millions de dollars auprès d’investisseurs institutionnels hors Etats-Unis.

Une arrivée complexe dans l’hexagone

La législation française complexifie l’arrivée du géant américain : si en décembre 2013 les représentants de la firme ont rencontré David Kessier, conseiller de François Hollande, avec pour objectif d’adapter le système VOD à l’exception culturelle française, la France tentent de trouver le bon compromis pour accepter ce nouvel acteur sur le marché audiovisuel sans que ça porte trop préjudice aux acteurs existant, comme Canal+ ou TF1. Il existe plusieurs obstacles à ce lancement en France : le plus importants est sans nul doute la chronologie des médias qui impose aux diffuseurs d’attendre un délai de trois ans après la sortie en salle d’un film pour le diffuser en SVOD. Netflix devra ainsi s’adapter à l’ensemble du système audiovisuel français bien différent de la législation américain qui autorise une sortie sous 3 à 8 mois SVOD après sa sortie en salle. Selon la ministre de la culture Aurélie Filipetti « Netflix doit se plier aux régulations qui font le succès de nos industries, notamment en matière de financement de la création. » D’autre part, le nouveau système VOD risque de poser problèmes aux anciennes plateformes françaises comme celles de Canal + qui se prépare à l’arrivée du géant américain en nommant Manuel Alduy chef du cinéma depuis 2005 à la tête de Canal OTT.

Le lancement d’offres audiovisuelles françaises à l’international ?

L’arrivée de Netflix sur le territoire français pourrait être interprétée comme une occasion pour les acteurs en France de s’étendre sur les marchés à l’échelle internationale. Le succès des séries avec la french touch comme Braquo, prouve qu’il existe une réelle attirance pour la création audiovisuelle française. En effet, si la France accepte de nouvelles plateformes numériques au sein de ses frontières il est d’autant plus normal que les concurrents français veulent s’imposer sur d’autres continents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *