Reconstruction Notre-Dame de Paris : La numérisation 3D au service de l’édifice ?

Cathédrale Notre-Dame vue de l'intérieur

 

Tandis que le monde entier se mobilise financièrement pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les ingénieurs se penchent déjà sur la technique idéale à adopter. La numérisation 3D d’Andrew Tallon, professeur d’art américain décédé il y a un an, serait la solution pour ne pas perdre une miette de l’édifice.

Andrew Tallon nous a laissé une modélisation 3D de la cathédrale Notre-Dame de Paris

Lundi soir, la cathédrale Notre-Dame de Paris a été détruite par un important incendie. Depuis mardi, la planète entière se mobilise financièrement pour sa reconstruction. Les grandes fortunes française telles que les Arnault, Pinault et Bettencourt et les multinationales (Total) ou encore les Gafa (Apple) ont toutes donné. Les dons seraient près d’atteindre le milliard d’euros ce mercredi. Le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé que toute la somme recueillie sera entièrement consacrée à la reconstruction de la cathédrale, qui devrait être actée dans les prochains jours. En attendant, les ingénieurs scrutent toutes les techniques de construction disponibles actuellement. Leur choix se serait porté sur la numérisation 3D d’Andrew Tallon, un professeur d’art américain décédé il y a un an.

Le travail de fourmi d’Andrew Tallon

Rebâtir un monument vieux de 850 ans, qui plus est en tenant compte des nombreuses modifications au fil des siècles, est un défi technique et technologique que seule la modélisation 3D d’Andrew Tallon pourrait relever. Ce passionné d’architecture médiévale, décédé l’année dernière à l’âge de 49 ans, avait lancé en 2015 le projet « Mapping Gothic », censé percer les mystères de l’architecture de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Il a utilisé des lasers pour numériser, avec menus détails, la structure de l’édifice. Andrew Tallon a relevé de nombreuses mesures entre le scanner et les parois du bâtiment, et ce dans toutes les directions. Il a également balayé plus de 50 endroits différents, lui permettant d’obtenir un nuage d’un milliard de points avec une précision au millimètre. Aujourd’hui, les travaux du professeur d’art américain seraient stockés sur des disques durs dans les Universités de Vassar et de Columbia. Comme ces fichiers sont volumineux, il faudrait les acheminer par avion en France, si bien sûr ce pays est preneur.

Un concours lancé pour la reconstruction de la flèche

En attendant ce transfert de technologie, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé l’organisation d’un concours international d’architecture pour la reconstruction de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Selon lui, l’objectif est de «doter Notre-Dame d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.