Taxe Gafa : Voici la liste complète des entreprises concernées

Logo des géants du numérique

Cela fait plus de deux semaines que la taxe Gafa a été déposée en Conseil des Ministres par le Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire. Si elle était adoptée, elle toucherait les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 750 millions euros, dont 25 millions rien qu’en France. Le cabinet Taj, mandaté pour gérer le dossier, a dévoilé cette semaine la liste des 27 sociétés concernées par la taxe française.

Les géants du numérique ciblés

Le cabinet Taj, désigné par l’Association de l’industrie numérique et informatique (CCIA) pour conduire le dossier, a publié cette semaine la liste des 27 entreprises concernées par la taxe Gafa (acronyme pour désigner les géants de la tech que sont Google, Apple, Facebook et Amazon et plus largement les grosses entreprises du numérique). Parmi ces sociétés qui devraient bientôt passer à la caisse, nous retrouvons bien évidemment des mastodontes tels que Google et Facebook, de grandes compagnies allemandes comme Zalando, ou néerlandaise comme Randstad. Côté français relevons la présence, sur la liste, du géant du ciblage publicitaire Criteo. Les autres firmes françaises étant les filiales des entreprises étrangères (Leboncoin, Rakuten France).

Ci-dessous la liste complète des 27 entreprises ciblées par la Gafa

Airbnb, Alibaba, Amadeus, Amazon, Apple, Booking, Criteo, Ebay, Expedia, Facebook, Google, Groupon, Match.com (Meetic), Microsoft, Rakuten, Randstad, Recruit, Sabre, Schibsted, Travelport Wordlwide, Tripadvisor, Twitter, Uber, Verizon, Wish, Zalando.

Selon le cabinet Taj, cette liste pourrait être éventuellement rallongée par le Gouvernement français.

650 millions d’euros de recettes fiscales attendus en 2022

Si la taxe Gafa est adoptée en France, elle devrait rapporter plus 650 millions d’euros de recettes fiscales d’ici 2022, dont 400 millions dès 2019. Cela se fera sur la base d’une imposition de 3 % du chiffre d’affaires des entreprises qui gagnent annuellement plus 750 millions d’euros dont 27 rien qu’en France. Pour sa part, le cabinet Taj juge très probable que « les entreprises assujetties à la taxe soient capables de la répercuter en aval et que ce soient les consommateurs ainsi que les entreprises utilisatrices de services numériques qui portent ultimement la charge fiscale ». En clair, c’est le consommateur qui paiera finalement pour ces géants de la tech puisque ces 3% seront appliqués sur les services et les produits proposés.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.