Les Transitions

Dans le cadre de la réforme du Droit du travail français programmé par le président Emmanuel Macron, les entreprises du secteur de Economie sociale et solidaire (ESS) comptent bien faire entendre leur voix.

A l’occasion des consultations relatives à la prochaine modification du code du travail, le ministre du Travail, Muriel Pénicaud,  a reçu au ministère les représentants de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes), une organisation patronale non représentative, jeudi 22 juin 2017.

Avant la réunion, les membre de ce syndicat ont fait savoir qu’ils comptaient bien peser de tout leur poids, dans une réforme qui tourne forcément autour de leurs problématiques relatives au progrès social.

Lors d’une conférence de presse, donnée la veille, mercredi 21 juin, Hugues Vidor, le président de l’Udes a défendu un « rôle régulateur de la branche ».

Selon lui, l’état devrait « orienter le Code du travail vers la branche » qui « doit garder la main » concernant ses six prérogatives actuelles, qui sont les  salaires minimums, les classifications, la protection sociale complémentaire, la formation, la pénibilité, ainsi que l’égalité professionnelle hommes-femmes.

Il n’est pas dit que le gouvernement entendra cet appel…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *