Les Transitions

Des scientifiques sont sur le point de faire parler les ossements d’un mammouth qui aurait vécu vraisemblablement entre -15 000 et -200 000 ans. Selon les chercheurs, il s’agit d’un Mammuthus primigenius, ou mammouth laineux,  mesurant plus de 3 mètres et recouvert à l’époque, de poils et d’une épaisse couche de graisse.

C’est au cours d’une fouille minutieuse en début juillet, à Changis-sur-Marne, sur un site Gallo-romain situé au bord de la rivière, que des scientifiques retrouvent ce qui ressemble à des ossements. Après vérification, ils découvrent en octobre un squelette entier de mammouth. C’est alors que le Service d’archéologie de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France décide de pousser les fouilles un peu plus loin et confie cette mission à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Les nouvelles recherches fournissent des résultats inattendus « Même si ses os ont été en partie déplacés, ce mammouth est presque entier. Certains archéologues ont passé leur vie à rêver d’une telle découverte sans avoir cette chance! », se réjouit Grégory Bayle, qui dirige la fouille. Un enthousiasme qui s’explique également par la découverte d’un silex à proximité des restes de la bête. En effet, ce silex est la preuve que des hommes étaient bien présents sur les lieux. En l’analysant, les chercheurs pourront découvrir si les néandertaliens étaient d’excellents chasseurs capables de piéger l’immense prédateur dans la Marne ou si au contraire, ils avaient simplement retrouvé le mammouth mort et prélevé de la viande pour se nourrir.

En attendant que lumière soit faite sur les évènements du passé, un moulage du squelette étiqueté « mammouth de Changis » est exposé au Musée de la Préhistoire de Nemours.

 

Source : lexpress.fr

Photo ©nicolaspatte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *