Les Transitions

écologie, énergie solaire, innovation, développement, indépendance énergétique, four solaire

Le vélo électrique qui fonctionne grâce à l’énergie solaire n’est plus une innovation en soit : dans le monde du cyclisme, de nombreuses tentatives plus ou moins abouties ont déjà mises à l’honneur l’énergie produite par les rayons du soleil. Un nouveau venu, en provenance du Danemark, possède cependant des arguments qui risquent de faire parler de lui : des performances étonnantes et un design futuriste des plus réussis.

C’est dans un pays où le soleil ne se montre que quelques heures par jour pendant la moitié de l’année que le Danois Jesper Frausig a imaginé un nouveau vélo électrique qui se meut grâce à l’énergie solaire : le Solar Bike. Sur le papier, ce vélo présente des arguments solides : une vitesse de pointe de 50 kilomètres/heure, un système d’assistance au pédalage ainsi qu’une batterie d’une autonomie annoncée de 70 kilomètres.

Mais, comme son nom de baptême le suggère, le Solar Bike est également équipé de cellules photovoltaïques qui recouvrent ses roues lenticulaires (roues pleines). Ces panneaux photovoltaïques permettent donc de recharger la batterie grâce à l’énergie solaire. De quoi fournir entre 2 et 25 kilomètres d’autonomie supplémentaire en fonction du niveau d’ensoleillement. La forme optimisée des roues permet aux cellules de se retrouver le moins possible à l’ombre.

Le concepteur du Solar Bike a décliné son vélo en deux versions, afin de satisfaire tout les types de cycliste : une version « ville » et une version « tout-terrain ». Le Solar Bike s’adresse de manière globale aux personnes désireuses de faire un geste pour l’environnement. La première version permettra cependant aux citadins de se sortir sans difficultés du cauchemar des embouteillages; alors que la seconde s’adresse aux sportifs du dimanche qui veulent faire du sport sans trop transpirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *