Les Transitions

robotique,assistance,innovation,InnoRobo,robots,futur

Hier s’est ouverte pour trois jours à la Cité Internationale de Lyon la seconde édition d’InnoRobo, le salon de la robotique qui rassemble cette année une centaine de modèles de robots de 14 nationalités différentes, soit environ le double de l’année passée. L’occasion de revenir sur la révolution robotique en marche et d’essayer d’imaginer de quoi l’avenir sera fait.

Les robots feront-ils partie un jour de notre quotidien ? Pour Bruno Bonnell, patron de Robopolis et fondateur du salon, la question ne fait aucun doute et les robots sont même un fait d’actualité. Et il ne cache pas son optimisme quant au développement de ce marché du futur : « Dans cinquante ans chaque foyer sera équipé de robots domestiques, et chaque objet du quotidien sera doté d’une intelligence », confie-t-il au journal en ligne Métro. Selon ses estimations, ce marché atteint déjà 10 milliards de dollars à travers le monde et pourrait se voir multiplier par dix d’ici à dix ans.

D’où l’importance d’une manifestation comme celle qui se tient en ce moment à Lyon. Même si ce sont les concepteurs coréen et japonais qui dominent encore aujourd’hui les premiers rangs du marché de la robotique, des entreprises françaises parviennent malgré tout à se tailler une place respectable, comme la toute jeune entreprise Noalia Concept qui présentait cette année son concept de système sensoriel à distance, le Nemopsys 3D, qui devrait aussi intéresser les fabricants de tablettes tactiles, comme cela a déjà été le cas au salon MWC 2012 de Barcelone.

Cette année, la tendance est par ailleurs clairement dans le sens du robot « de service », permettant d’accompagner et d’assister les Hommes au quotidien. Du robot spécialisé dans une tâche comme le ménage, avec les robots-aspirateurs du type de ceux développés par la firme américain iRobot et que commercialise Robopolis, ou encore les robots-tondeuses qui commencent à se diffuser, au robot plus spécialisé dans l’assistance directe à l’humain, avec l’exemple de Jaco, un bras articulé développé par la société canadienne Kinova, la robotique est déjà prête à chambouler notre vie de tous les jours.

D’autant qu’il existe un réel besoin pour cette filière émergente qu’est la robotique de service. En effet, comme le rappelle Vincent Dupourqué, directeur de Robosoft, une entreprise spécialisée dans l’assistance physique et cognitive, dans une déclaration à l’AFP : « Il y a 800 millions de personnes de plus de 65 ans dans le monde et cela va augmenter. Il s’agit trouver des solutions pour ne pas isoler ces personnes socialement ». Ces solutions, la robotique de service les propose. Reste que ces appareils sont souvent bien trop onéreux pour être à la portée de tous. « L’avenir », déclarait ainsi à l’AFP François Boucher, directeur de développement à Kinova, « c’est surtout de faire accepter son utilité par les +rembourseurs+ (mutuelles, Sécu…) ». Ils auront la durée de ce salon pour se laisser convaincre.

 

Xavier Giroult

 

Crédit photo : © Dan Misener

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *