Gravipack, un sac à dos “en apesanteur” inventé à Sens

Gravipack, un sac à dos “en apesanteur” inventé à Sens

22 novembre 2019 0 Par Henri Sorenson

C’est la médaille d’argent du concours Lépine 2018 qui s’apprête à commercialiser son sac à dos innovant. Mohammed Errafi propose en effet un sac révolutionnaire répartissant son poids sur l’ensemble du corps, et diminuant ainsi la charge de près de 92 %.

 

Une innovation de nombreuses fois primée

Gravipack, c’est ce concept maintes fois primé qui promet de révolutionner les randonnées ou le trekking. Médaille d’argent du Concours Lépine 2018, médaille de l’innovation du ministère de la Défense, ce sac à dos se présente d’abord comme un dispositif médical. L’entreprise française basée à sens a donc développé un sac permettant de soulager les épaules, les clavicules ou entres les trapèzes. Reposant sur une innovation brevetée, les ingénieurs du concept ont créé ce qu’ils appellent très justement un sac “en apesanteur” d’ailleurs validé par maints brevets internationaux. Équipé de bretelles innovantes, il permettrait entre autres de diminuer sa charge de pratiquement 92 %. Un concept à l’image des exosquelettes les plus récents qui permettent des libertés de mouvement impressionnantes. Reposant sur une charge confondue avec le centre de gravité du corps humain, le Gravipack a su séduire aussi bien les particuliers que certains organismes, notamment le ministère de la Défense lui attribuant la Médaille d’argent ou encore le FrenchTech.

Plus de 5 ans de travail

Mohammed Errafi, l’inventeur et concept du sac à dos a dû s’investir pendant plus de 5 ans pour un projet qui compte aujourd’hui plus de 40 000 modèles en stocks. De quoi donner à la start-up pas mal d’ambition. Une ambition qui tout de même dépendra des prochaines ventes comme le précise d’ailleurs Elarbi Kerki sur France bleu “c’est un moment ultra important parce que c’est ce qui va conditionner la réussite ou pas de l’entreprise. Si ça fonctionne en France, ça peut fonctionner ailleurs.”  
Quoi qu’il en soit l’entreprise revendique plus de 1,2 million d’investissements, et compte d’ores et déjà 2 salariés, assez pour commencer une production en nombre de ces sacs à dos. Et si tout semble au mieux, Mohammed Errafi regrette tout de même une externalisation de sa production “malheureusement, j’aurais aimé que ce soit en France, mais je n’ai pas pu parce que c’est un marché de masse. Nous sommes sur de très grosses quantités. Les sacs ont été fabriqués dans des ateliers en Asie.”

Une innovation qui s’inscrit dans la lignée des exosquelettes

Si ce procédé séduit autant c’est avant tout, car nombre de professions comme de particuliers ont aujourd’hui des besoins inhérents de mobilité. Une mobilité qui ne peut se faire convenablement avec par exemple des sacs d’une trentaine de kilos pour certaines compagnies militaires. S’inscrivant dans la lignée des exosquelettes le Gravipack s’érige comme une innovation transitoire. Un processus qui à terme permettrait d’alléger les charges portées par le corps humain dans divers corps de métiers et sur divers secteurs. Tantôt utilisé comme dispositif médical tantôt utilisé comme dispositif professionnel il pourrait outre les militaires, séduire les travailleurs urbains par exemple en étant adapté à leur condition de travail. Testé par l’armée française notamment ce sac inventé pour délester de son poids quiconque le porte, semble convenir à tous ceux l’ayant testé. Une innovation déjà commercialisée et qui présente bon nombre de modèles adaptés à tous. Une initiative qui comme l’affirme son fondateur “sera copiée”. Des contrefaçons qui ne devraient tout de même pas entamer les ambitions de la start-up qui, si tout se passe pour le mieux, pourrait voir un peu plus grand. En somme, une innovation qui répond à un besoin urgent pour les travailleurs ou les particuliers de posséder des sacs légers permettant une liberté de mouvement conséquente. De quoi participer un peu plus à une transition sociale et une transformation des habitudes de certains corps de métier, où le port de charge lourde reste une des principales causes de pénibilité, et de problème de santé.