Un nouvel horizon pour l’énergie solaire ?

Photovoltaïques ; EPIA ; dumping ; SiemensLe département d’Etat américain au commerce a annoncé jeudi dernier sa volonté de mettre en place des taxes portant sur les panneaux photovoltaïques en provenance de Chine. Si l’Union Européenne entame des procédures similaires à l’initiative du groupe SolarWorld (leader de EU ProSun), la démarche ne semble pas totalement faire consensus parmi les acteurs  du secteur. Quelles sont les raisons de ces divisions ? 

Les sombres réalités du marché de l’électricité solaire :

Ces mesures de rétorsions, en plus d’engendrer des tensions commerciales (la chine ouvre une enquête sur les prix du silicium), viennent surtout affecter les intérêts de l’AFASE (Association for adorabale solar energy). Ce groupement professionnel s’est constitué début 2012 dans l’optique de faire entendre ses arguments. Militant pour une énergie solaire accessible, ils affirment par la voix du fondateur du bureau d’études Tepscol et directeur du pôle de compétitivité Derbi, André Joffre, que les panneaux photovoltaïques chinois ont permis à l’énergie solaire de se rapprocher des couts de production d’Edf et donc de la rendre exploitable en France. Qui plus est, l’EPIA (European Photovoltaïque Association Industry) regroupant l’ensemble des parties prenantes de la filière (des développeurs aux distributeurs) affirme que 60% de la valeur ajoutée reste produite en Europe notamment par l’intermédiaire des filiales de Suntech, Yingli, ou Canandiansolar. On comprend que la fédération professionnelle s’abstienne de réellement soutenir la plainte d’EU ProSun et refuse de prendre position sur le litige.

Vers le crépuscule de l’industrie Européenne ?

En attendant, les nombreuses incertitudes influent sur la stratégie des groupes européens. Ainsi Siemens devrait dévoiler son intention d’arrêter les activités de sa branche solaire le 8 novembre prochain dans le cadre d’un plan de restructuration de l’industriel allemand. Les justifications avancées jusqu’à présent font état d’un manque de rentabilité du fait « de changements du contexte global, d’une croissance plus faible, et d’une forte pression sur les prix ». Par ailleurs ce projet de sanction fait peser le risque d’une répercussion de cette hausse des coûts sur la CSPE (contribution au service public de l’énergie). Dans ce contexte, on est en droit de se demander si au-delà de subventions publiques et des droits de douanes punitifs, il ne faudrait pas avant tout œuvrer pour une stabilité réglementaire et tarifaire ?

Mathieu Ravignan

  • L’Europe divisée sur les plaintes contre les fabricants chinois de panneaux solairesLa Tribune.fr
  • Siemens abandonne le solaire, UsineNouvelle.fr
  • Le solaire bientôt aussi compétitif que l’électricité classique, Atlantico.fr

Crédit photo : ©zizagou76

Laisser un commentaire