Transports : un taxi volant japonais réalise son premier test

Un prototype du taxi volant d'Airbus sur maquette

 

Le Japon, qui avait pris un retard dans le domaine, vient de mettre les pendules à l’heure. Lundi 5 août, le pays a procédé au premier test de son taxi volant durant une toute petite minute, à trois mètres au-dessus du sol dans la banlieue de Tokyo. La production de ce prototype devrait commencer en 2026 et sa mise en service effective en 2030.

Le Japon s’est définitivement lancé dans la course à la voiture volante. Lundi 5 août dernier, la société japonaise NEC, un industriel de l’électronique, a fait voler un prototype à vide durant une toute petite minute à trois mètres au-dessus du sol dans la banlieue de Tokyo. De type eVTOL, cet engin fonctionne avec une batterie et réalise un décollage, ainsi qu’un atterrissage vertical comme un hélicoptère. Mais il ressemble davantage à un gros drone avec quatre hélices.

21 entreprises mobilisées pour ce projet

La voiture volante japonaise sera électrique, ont promis ses concepteurs. D’une vitesse maximum de 240 km/h, elle est donnée pour silencieuse et moins polluante car dotée d’une empreinte écologique. Elle sera également compatible avec le pilotage automatique et aura un mode de décollage vertical très pratique en milieu urbain, où l’espace est limité.

Le gouvernement nippon a mis un point d’honneur à rattraper son retard sur les autres pays dans ce domaine fort prometteur. Le ministère du commerce en particulier a été chargé de rassembler pas moins de 21 entreprises pour la construction de taxis volants dans moins de 10 ans. Ce sont notamment Airbus, Boeing, Uber, NEC Corp, Cartivator (une startup soutenue par Toyota), ANA, Japan Airlines et Yamato Holdings. Les délégués de ces entreprises se sont réunis le 29 août 2018 pour tracer une feuille de route. Selon le ministère du commerce, « Le gouvernement japonais fournira un soutien approprié pour aider à réaliser le concept des voitures volantes, telles que la création de règles acceptables ».

La voiture volante ce n’est plus un rêve 

Fumiaki Ebihara, responsable du projet de voiture volante du ministère du commerce, également directeur adjoint du département de l’Industrie aérospatiale et de la Défense au sein de ce même ministère, a indiqué que le gouvernement ne plaisantait pas avec ce projet. Pour lui, le Japon compte vite et bien passer de la science-fiction à la réalité. « Aujourd’hui, pour voyager en avion, il faut aller à l’aéroport et décoller d’une piste. Prochainement, chacun va pouvoir se rendre directement d’un point à un autre. Se déplacer en toute simplicité dans les airs n’est plus un rêve », a-t-il dit lors d’une conférence de la Fédération japonaise des compagnies aériennes à Tokyo en avril dernier.

Les autorités japonaises envisagent de commencer à produire en masse la machine à partir de 2026. Sa mise en service devrait se faire à l’horizon 2030.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.