Les Transitions

Malgré un contexte particulièrement morose pour la presse papier française (et mondiale), lié à l’avènement du web, les titres de la presse professionnelle connaissent des résultats positifs et gagnent des parts de marché, à l’image des magazines du groupe HD Media.

En France, comme dans le reste du monde, Internet s’est peu à peu imposé comme la source principale d’information des populations. Si bien que les journaux papier, qui furent pendant plusieurs siècles les principaux référents et qui avaient basé leur modèle économique sur les ventes de leurs titres, sont entrés dans un terrible crise.

Alors que de nombreux petits journaux et revues ont dû cesser leurs activités, faute de revenus suffisants, les grands médias papier français s’adaptent peu à peu et tentent de muer leur modèle économique. Ces derniers ne survivent pour l’instant que par d’importantes subventions publiques, ainsi que par les pertes enregistrées par leurs propriétaires qui acceptent de perdre de l’argent en possédant ces journaux.

Dans ce contexte morose, certains médias parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu, en particulier la presse professionnelle, qui semble encore avoir de beaux jours devant elle, même si les sociétés qui parviennent à être rentable doivent faire preuve d’originalité pour être rentables.

C’est le cas du groupe Presse Actuelle, qui a opté avec succès pour l‘hyperspécialisation de ses magazines. Ses revues haut de gamme sur l’aménagement intérieur et la décoration (Maison Actuelle, Déco Mag, Maison & Jardin Actuels, Cheminée Actuelle), proposent des designs luxueux et confortables, autour de lignes éditoriales pointues.

De quoi attirer des annonceurs sensibles à ce ciblage de leur clientèle, qui leur apporte un bon moyen de montrer par leur savoir-faire et leur excellence.

Autre exemple de réussite de presse papier française, le groupe Victoires SA et sa revue phare, Environnement magazine. Il tire sur d’autres ficelles pour gagner son pari : une ligne éditoriale engagée, qui suscite l’adhésion et apporte une plus-value communautaire à ses annonceurs.

Paradoxalement, pour atteindre la rentabilité les titres de Victoires SA revues (Environnement Magazine  Droit de l’environnement et Recyclage Récupération) utilisent le web en plus de la publicité classique. Ils proposent ainsi à leurs clients d‘accéder à 3 plateformes de services :

Enviroclub : la communauté des acteurs de l’environnement, intégrée au site d’information,
Envirojob : un site emploi sur l’environnement et le développement durable,
Enviroguide : un site des éco-entreprises et de leurs solutions environnement.

Deux modèles de réussite qui devraient servir d’exemple à la profession…

1 Comment

1 Trackback or Pingback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *