Des voix s’élèvent contre la chasse le dimanche !

Des voix s’élèvent contre la chasse le dimanche !

23 octobre 2020 0 Par La Rédaction

Le dimanche, journée emblématique du repos est un jour phare pour les chasseurs. Or, de plus en plus de voix s’élèvent contre la pratique de la chasse le dimanche.

Quelles sont les causes de cette colère ?

En France, environ un million de chasseurs (ce qui correspond à près de 1,5 % de la population) prennent durant des mois et des mois, les zones naturelles dans le but de s’adonner à un loisir paraissant cruel et peu utile pour beaucoup : donner la mort à des animaux sauvages mais également élevés et par la suite lâchés dans la nature afin d’être tués.

Parallèlement, environ quinze millions de randonneurs ainsi que deux millions de cavaliers (auxquels on peut intégrer des randonneurs, des personnes passionnées de photographie, des sportifs du dimanche ou encore des cueilleurs de champignons), se retrouvent littéralement piégés par cette activité les empêchant de profiter sereinement et tranquillement de la nature le dimanche.

Depuis des années, la peur des usagers de la nature est de plus en plus palpable. Il faut dire qu’il n’existe aucun contrôle médical ou alcoolémique des chasseurs dans le pays, alors que ces derniers peuvent utiliser des armes pouvant provoquer la mort à près de trois kilomètres de distance. Ainsi, on retrouve de plus en plus d’associations combattant la pratique de la chasse dans le pays comme cela est par exemple le cas pour le RAssemblement pour une France sans Chasse. Il s’agit d’une célèbre association étant contre la chasse et le piégeage.

La chasse en France : une pratique omniprésente

Il faut savoir que dans le pays, la chasse peut être pratiquée les sept jours de la semaine (quand la période de chasse est évidemment ouverte), tandis que pour la quasi-majorité des autres pays situés en Europe de l’Ouest, il existe des journées où la chasse est interdite, qui sont la plupart du temps le dimanche.

La période de chasse dans le pays est plus longue du continent européen (quasiment sept mois de l’année pour les uniques oiseaux) et se fait sur le nombre d’espèces le plus haut en Europe. Parmi ces dernières, on retrouve 90 espèces de mammifères, 64 d’oiseaux, avec des prélèvements chaque année de 25 à 30 millions d’oiseaux. Près de 25 espèces d’oiseaux sont menacées et mises comme telles sur les listes rouges du comité français de l’UICN (dont l’objectif nature est la conservation de la nature). Néanmoins, elles sont encore de nos jours chassées dans le pays, cela étant notamment le cas de la tourterelle des bois (en fort danger au niveau international).

Au final, il est peu surprenant que plus en plus de communes font le choix d’arrêtés. Ces derniers ont comme but commun l’interdiction de la promenade le dimanche dans certaines forêts ou encore l’obligation d’administrés à avoir des gilets jaunes. Encore plus surprenant : un député a fait la proposition d’interdiction du VTT durant la période de chasse.

Pour l’instant, un dimanche sans chasse n’est pas à l’ordre du jour

La loi « Chasse » de 2000 avait interdit, dans le pays, la chasse le mercredi. Or, trois ans plus tard, la ministre Roselyne Bachelot l’annula. Désormais, il y a seulement les départements, avec leur préfet, qui ont la possibilité de définir un jour sans chasse. Néanmoins, ces derniers n’ont aucune obligation en la matière. Le RAssemblement pour une France sans Chasse affirme que c’est uniquement pour une cause de protection du « gibier » (animal sauvage chassable) et que cela ne concerne pas des individus.

Le Collectif pour le dimanche sans chasse, possédant près de 730 clubs et associations d’usagers de la nature, fait de façon régulière la demande au gouvernement et aux élus que le dimanche devienne officiellement un jour national non chassé. Ainsi, il y a huit ans au Ministère de l’Écologie, une première pétition de 300 000 signatures sur papier avait été effectuée. Il n’y eut aucune suite. Récemment, une nouvelle pétition est apparue, avec près de 240 000 signataires au bout de seulement plusieurs mois.