Coronavirus : la course au vaccin est lancée

Coronavirus : la course au vaccin est lancée

18 mars 2020 0 Par La Rédac

 

Alors que le coronavirus continue de faire des victimes dans le monde entier, la communauté scientifique accélère les recherches pour trouver un remède et un vaccin. Aux Etats Unis, un premier essai clinique est en cours quand en France un professeur marseillais a affirmé avoir obtenu des résultats positifs avec un traitement contre le paludisme.

Face à la progression fulgurante de l’épidémie de coronavirus, le président américain Donald Trump a exhorté les scientifiques et l’industrie pharmaceutique à accélérer les recherches pour fournir un remède, et plus tard un vaccin. Faisons un tour d’horizon des essais cliniques en cours.

La chloroquine contre le coronavirus ?

Le plus récent espoir d’un remède au coronavirus nous vient de Marseille. L’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée infection teste depuis le 9 mars le traitement des malades du Covid-19 avec de la chloroquine, appelée communément Nivaquine. Les résultats sont plutôt encourageants : sur 24 patients volontaires testés, « il n’y a plus que 25% de porteurs » du virus après six jours, a affirmé Didier Raoult, directeur de l’IHU, lundi, dans une vidéo YouTube. Les autres sont en voie de guérison. Le professeur explique que ce groupe de patients a été comparé avec un autre à Nice et Avignon, qui n’a pas reçu de chloroquine. Ce dernier comptait toujours 90% de porteurs du virus après la même durée.

Plusieurs tests prévus au pays de l’Oncle Sam

Aux Etats Unis, plus précisément à Seattle, les Instituts nationaux de santé ont annoncé l’ouverture d’un premier essai clinique du mRNA-1273, développé par Moderna. Au moins 45 patients participeront à cet essai pendant environ 6 semaines. D’autres phases de test seront nécessaires et si tout se passe bien, il faudrait entre un an et un an et demi pour que le vaccin soit disponible.

Toujours aux Etats Unis, la société de biotechnologie Inovio Pharmaceuticals annonce des essais cliniques sur le territoire national, puis en Chine et en Corée du Sud, où l’épidémie touche le plus de gens. Elle assure que si les tests sont concluants, elle pourrait livrer un million de doses de son vaccin d’ici la fin de l’année.

Le remdesivir, seul médicament dont nous disposons à ce jour

Le groupe pharmaceutique français Sanofi, lui, travaille avec le ministère américain de la Santé pour produire un vaccin dans moins de six mois et potentiellement entrer en essai clinique dans environ un an à un an et demi.

Ainsi, « Il n’y a pour l’instant qu’un seul médicament dont nous pensons qu’il pourrait avoir une réelle efficacité. Et c’est le remdesivir », résumait le 25 février un responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Bruce Aylward. Cet antiviral produit par la firme américaine Gilead a donné des résultats prometteurs.