Matignon : Jean Castex, nouveau locataire après le départ d’Edouard Philippe

Matignon : Jean Castex, nouveau locataire après le départ d’Edouard Philippe

5 juillet 2020 0 Par La Rédac

 

Jean Castex, le « Monsieur déconfinement » s’est installé à Matignon samedi après la démission d’Edouard Philippe. Le nouveau premier ministre doit former un gouvernement dans les prochaines heures. Il a d’ores et déjà indiqué que « la composition de [son] équipe correspondra aux priorités que nous nous fixons ; ce n’est pas un casting, c’est un choix politique et cela doit répondre à une exigence de compétence».

Edouard Philippe a présenté sa démission à Emmanuel Macron, le vendredi 3 juillet en milieu de matinée. L’Elysée a aussitôt annoncé la nomination de Jean Castex, le « ministre » en charge du déconfinement. Ce haut fonctionnaire âgé de 55 ans est membre du parti Les Républicains (LR) et maire de Prades, une ville du sud de la France.

La cérémonie de passation de pouvoirs entre le premier ministre sortant et le rentrant a eu lieu vendredi à 17H30. Elle a été suivie d’un discours d’Edouard Philippe, faisant ses adieux à l’Hôtel de la rue de Varenne, puis d’un hommage à son successeur. « Il vous appartiendra, monsieur le Premier ministre, désormais de continuer à servir la France », a déclaré le maire réélu du Havre. Tout en prévenant de la charge assez lourde qui attendait Jean Castex à Matignon, Edouard Philippe a souligné que « Notre pays a besoin d’un esprit ouvert et d’une main ferme », et estimé que le maire de Prades a « cet esprit ouvert et cette main ferme ». Il a terminé son intervention en souhaitant « sincèrement beaucoup de réussite, beaucoup de succès » à son successeur.

La fin du quinquennat Macron aura un virage écologique

Remerciant son prédécesseur pour le travail abattu et l’hommage à lui rendu, Jean Castex a promis qu’il se mettra au travail au plus vite. Il devrait former un gouvernement avant mercredi 8 juillet, peut-être même d’ici 24 heures. Ce matin au Journal Du Dimanche (JDD), il a annoncé les couleurs : « La composition de mon équipe correspondra aux priorités que nous nous fixons ; ce n’est pas un casting, c’est un choix politique et cela doit répondre à une exigence de compétence », a-t-il précisé. Jean Castex, qui se dit très attaché au « dialogue », a déjà exprimé son intention de relancer « les concertations » avec la nation, afin d’élaborer un « nouveau pacte social ». Objectif : apaiser un pays marqué par plusieurs crises sociales et confronté à une crise économique mondiale.

Jean Castex a aussi laissé entendre que la nouvelle étape du quinquennat Macron marquera un virage écologique, après que les Verts ont réalisé une percée aux municipales du dimanche 28 juillet. « Agir pour l’environnement n’est pas une option, c’est une obligation. S’il y a un tournant, je le voudrais dans l’exécution et la réalisation. Les Français savent l’urgence du sujet mais ils ont le sentiment que nous sommes à la traîne », explique-t-il.

La politique, l’héritage du grand-père

Rappelons que Jean Castex est un proche de Nicolas Sarkozy. Longtemps directeur de cabinet de Xavier Bertrand, dans les différents ministères occupés par celui-ci sous l’ancien président LR, il connaît aussi le secteur hospitalier. Il a notamment occupé la tête de la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS) au ministère de la Santé et des solidarités. Plus récemment, en septembre 2017, Jean Castex a été désigné délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 et président de l’Agence nationale du sport.

En 2018, son nom avait déjà circulé au ministère de l’Intérieur pour remplacer Gérard Collomb. Mais on lui a préféré Christophe Castaner. Maire de Prades (Pyrénées-Orientales) depuis 2008, Jean Castex a été réélu avec plus de 70 % des suffrages en 2014, puis avec 75,7 % des voix il y a une semaine. Natif du Gers, le nouveau chef du gouvernement a fait Sciences-Po Paris et l’ENA. Il tient son amour de la politique de son grand-père, qui fut un élu important de la région Occitanie (maire de Vic-Fezensac entre 1971 et 1989 et sénateur du département).