Gastronomie : KFC se lance dans la fabrication de nuggets imprimés en 3D

Gastronomie : KFC se lance dans la fabrication de nuggets imprimés en 3D

20 juillet 2020 0 Par La Rédac

 

Après les nuggets de poulet sans poulet, la chaîne de restauration rapide américaine KFC veut produire des nuggets bio-imprimés en 3D en utilisant des cellules de volatile et de la matière végétale.

La chaîne de restauration rapide américaine KFC a annoncé le 16 juillet avoir noué un partenariat avec la start-up russe 3D Bioprinting Solutions pour la fabrication de nuggets bio-imprimés en 3D, en utilisant des cellules de volatile et de la matière végétale. Dans ce cadre, le géant américain va fournir les ingrédients (de la panure et des épices) « pour obtenir le goût caractéristique de KFC ». Quant à la jeune pousse russe, elle mettra à disposition sa technologie et les équipements. Mais pourquoi avoir sollicité une entreprise russe, alors que les startups développant des technologies pour la viande du futur ne manquent pas aux Etats Unis ? KFC explique « qu’il n’y a pas d’autres méthodes disponibles sur le marché qui pourraient permettre la création de produits aussi complexes à partir de cellules animales ».

La viande bio-imprimée, un argument écologique et éthique

Le processus de bio-impression décrit par KFC utilise des matières animales. Il ne s’agirait donc pas d’un produit végétarien, contrairement à ce que d’autres acteurs de l’industrie développent en ce moment. Cependant, la firme américaine promet que ces futurs nuggets seront plus écologiques que les élevages traditionnels. Pour appuyer ses propos, elle se réfère à une étude de l’American Environmental Science & Technology Journal, qui démontre que la technologie de culture de la viande à partir de cellules a un impact négatif minimal sur l’environnement.

Cette innovation permettrait de réduire de plus de moitié la consommation d’énergie, de diviser par 25 les émissions de gaz à effet de serre et d’utiliser 100 fois moins de terres que la production traditionnelle de viande à la ferme. En outre, la méthode de bio-impression se dispense de la dimension de souffrance animale, malheureusement nécessaire à la préparation de la viande.

Des tests finaux à Moscou d’ici l’automne 2020

KFC propose déjà une option végétarienne dans certains de ses restaurants, avec le poulet végétal de Beyond Meat. Yusef Khesuani, co-fondateur de 3D Bioprinting Solutions, note que « Les technologies de bio-impression 3D, initialement largement reconnues en médecine, gagnent aujourd’hui en popularité dans la production d’aliments tels que la viande ». Selon lui, la technologie de son groupe « contribuera à accélérer le lancement sur le marché de produits carnés à base de cellules ». Le cabinet A.T. Kearney estime qu’en 2040, 35% de la viande consommée dans le monde proviendra de la viande cultivée, et 25% des substituts végétaux.

KFC précise que les nuggets bio-imprimés seront disponibles pour des tests finaux à Moscou d’ici l’automne 2020. Mais la société américaine n’a donné aucune date concernant la future commercialisation de ces produits dans ses restaurants.