L’Arctique fond beaucoup plus vite que prévu !

L’Arctique fond beaucoup plus vite que prévu !

21 septembre 2020 0 Par Jean-François Moreau

Les chercheurs de l’université de Copenhague mettent en gardent par rapport à la fonde extrêmement rapide de l’Arctique. En effet, des études récentes effectuées dans l’océan Arctique dévoilent que la hausse de la température dans l’atmosphère, au plus près de la mer a été largement sous estimé. C’est cette dernière qui est la cause de l’accélération fulgurante de la fonte de l’Arctique.

Les scientifiques affirment que cette augmentation conséquente de la température dans l’Arctique a un seul précédant … datant du dernier âge de glace ! Lors de cette période, les températures sur la calotte glaciaire ont grimpé une multitude de fois, entre dix et douze degrés, sur une durée s’étalant de quarante à cent ans.

La disparition de la calotte groenlandaise : c’est pour quand ?

Jusqu’à l’heure actuelle, les experts basaient leurs prédictions sur une hausse continue et lente des températures en Arctique. Or, la récente étude sur le sujet permet de dévoiler que le rythme de l’augmentation est plus soutenue. Les mutations dans cette région se font très rapidement, durant l’été. Ainsi, la banquise risque tout simplement de disparaître plus rapidement que beaucoup de modèles climatiques l’ont envisagé.

L’été dernier, un incroyable cliché de la fonte des glaces, effectué dans le nord-ouest du Groenland, avait choqué le monde entier. Sur cette photo, on peut voir des chiens de traîneau avançant durement dans un fjord avec une banquise où on retrouve seulement quelques petits centimètres de glace fondue sur le dessus. On dirait que l’attelage évolue littéralement sur l’eau, avec en plus en arrière-plan les montagnes déneigées, autre signe alertant.

Si on se fit à une étude récente sur le sujet, la fonte des glaces au Groenland devrait avoir comme conséquence l’augmentation du niveau des mers de dix à douze centimètres d’ici 80 ans. D’autres experts pensent que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland est inéluctable. Selon eux, son rétrécissement se poursuivrait même si le réchauffement de la planète se stoppait maintenant. La raison ? Les chutes de neige ne sont plus assez suffisantes afin de combler les pertes de glace.

L’Arctique : une disparition beaucoup trop rapide !

Les experts désirent mieux simuler les conséquences d’un changement de climat sur l’Arctique, avec comme but de se munir de modèles pouvant offrir des prédictions précises par rapport aux hausses de température dans le monde.

Les mutations sont si subites et rapides durant les mois d’été que la glace de mer va tout simplement s’en aller beaucoup plus rapidement par rapport aux prédictions de la majorité des modèles climatiques. Une autre étude met en avant le fait que la disparition de la glace de mer se fera en été dans seulement quinze ans. Dans l’histoire, la superficie minimale a été atteinte il y a 8 ans avec 3,4 millions de km².

Quelles sont les solutions ?

Malheureusement, inverser le phénomène semble impossible car même en arrêtant toute émission de gaz à effet de serre, ces derniers restent dans l’atmosphère très longtemps. Ainsi, la fonte semble malheureusement inarrêtable. Concernant la vitesse de fonte, elle peut être brutale et avoir évidemment de lourdes conséquentes sur les populations.

Néanmoins, le fait qu’on ne puisse pas stopper ce phénomène n’est pas une raison pour ne pas agir. En prenant en compte que la situation de l’Arctique touche la totalité de la Terre, la réponse doit être globale. La pandémie du Coronavirus nous a montré la voie par rapport à ce que nous pouvons changer. Il faut agir rapidement, chacun à notre échelle. Les scientifiques nous alarment sur ce point et affirment également qu’il est nécessaire de mieux financer la science du climat. Les experts insistent aussi sur la géo-ingénierie (totalité des méthodes dont le but est de changer le climat et l’environnement de la planète). En attendant, changeons nos habitudes pour que l’Arctique respire mieux, tout comme la Terre.