La planète a une date limite : le compte à rebours a débuté !

La planète a une date limite : le compte à rebours a débuté !

18 octobre 2020 0 Par La Rédaction

Depuis peu, une mythique horloge new-yorkaise ne marque plus de battements du présent. Effectivement, cette dernière a débuté un tout nouveau décompte. Dans le quartier de Manhattan, plus exactement dans la ville de New-York, il existe une installation artistique gigantesque parfaitement connue par les habitants. Il s’agit du Metronome. C’est un genre d’horloge gigantesque offrant diverses mesures du simple temps passé depuis les derniers douze coups de minuit : en version basique, en secondes … Néanmoins, depuis quelques jours, c’est une toute autre date que l’horloge massive dévoile : le temps restant afin de sauver la Terre.

Le compte à rebours afin de stopper le réchauffement de la planète

Courant septembre (exactement le 20 septembre de cette année), les habitants de New-York se sont aperçus que la célèbre horloge du Metronome ne dévoilant plus le temps passé depuis minuit mais … une information nettement plus anxiogène. C’est grâce à l’association de deux artistes que le compte à rebours a pu apparaître. Leurs noms ? Kristin Jones et Andrew Ginzel.

Le très célèbre journal américain The New York Times explique qu’à 15 heures 20 minutes (il s’agit de l’heure de Manhattan), le samedi 20 septembre de cette année, la célèbre et imposante horloge dévoilait les nombres 7:103:15:40:07 avec l’inscription suivante : « La Terre a une date limite ». Cela signifie malheureusement que la planète a encore sept années, 103 jours, quinze heures, quarante minutes et dix-sept secondes avant qu’il soit totalement impossible de faire machine arrière par rapport au réchauffement. En gros, une fois cette date limite dépassée, tout sera perdu. Plutôt sombre donc.

Sensibilisation au réchauffement de la Terre

Les deux artistes ont utilisé les travaux du Mercator Research Institute on Global Commons and Climate Change de Berlin, dans le but de définir le chiffre à afficher. Ce dernier se rapproche continuellement de zéro. Mais, au final, quelle est la finalité de ce grand affichage ? Il s’agit avant tout d’une façon de parfaitement prévenir le public, mais également le pouvoir, qu’il est nécessaire de rapidement agir.

Un des objectifs est donc évidemment de retenir l’attention du public : l’affichage du Metronome, qui offrait pourtant à la base une information plutôt simple, était extrêmement mal interprété. Certaines personnes pensaient estimaient que l’affichage possédait un lien avec le nombre pi, d’autres qu’il était lié à la déforestation … Désormais, l’inscription « La Terre a une date limite » les aidera sans aucun doute.

Et pour ce qui est du jour du dépassement ?

Cette date limite ne doit pas être confondue avec le jour du dépassement. Ce dernier est une date accablante et anxiogène, incarnant la pression faite par les êtres humains sur la Terre. En 2020, le « jour du dépassement de la Terre », définissant le jour où l’humanité a consommé la totalité des ressources que les écosystèmes peuvent concevoir en une et unique seule année, est le 22 août 2020. Il faut savoir que cette date a trois semaines de plus en comparaison à l’an dernier (la date était tombé le 29 juillet). Cette date est déterminée par le Global Footprint Network. Il s’agit d’un institut de recherches mondial basé dans l’État de Californie aux USA.

Cette marche arrière, qui est un « renversement inédit » par rapport à la tendance à long terme de hausse de l’empreinte écologique dans le monde, a une explication : elle est causée par les différentes mesures de confinement ayant eu lieu par rapport à la pandémie de Coronavirus. Toutefois, il faut prendre en compte que ces calculs ne sont pas sûrs et présentent de lourdes incertitudes.