Effondrement écologique majeur en Asie centrale

Effondrement écologique majeur en Asie centrale

11 décembre 2020 0 Par La Rédaction

La flore de l’Asie centrale, et notamment du Kazakhstan (grand pays enclavé en Asie centrale) est grandement menacée. C’est un effondrement écologique majeur qui se déroule sous nos yeux.

Asie centrale : des paysages uniques et sublimes

Le Kazakhstan est un pays proposant de magnifiques paysages divers et variés. Le pays s’étend des confins de la rude Sibérie aux immenses steppes arides, en passant par les rives de la mer Caspienne jusqu’aux cimes enneigées de la chaîne de montagne Tian Shan. Les formations géologiques du Kazakhstan ont beaucoup de choses à nous raconter car remontant à des millions et des millions d’années.

Afin d’étudier le sujet, des experts se sont attardés sur les écosystèmes de l’Asie centrale et leur évolution dans le temps. L’étude a porté sur la steppe des prés et la forestière, l’alpine ou encore la désertique. La finalité de cette dernière était d’analyser la résilience de ces écosystèmes par rapport aux changements liés à l’environnement lors des différentes époques géologiques. Le but était la quantification de la vulnérabilité des endroits arides actuels face au réchauffement de la planète et à la destruction des terres.

Les steppes modernes sont apparues il y a 19 millions d’années

Il y a plus de 34 millions d’années, une transition subite du climat de la Terre a engendré une désertification globale ainsi qu’une destruction continue des écosystèmes dans la totalité de l’Asie centrale. Les steppes actuelles, où les herbes sont présentes à profusion, sont apparues il y a environ 19 millions d’années à la suite de ce changement. Il y a quinze millions d’années, le climat est redevenu plus humide de façon temporaire, accélérant le phénomène.

Désormais, les déserts sont de plus en plus présents dans la zone, cela étant un signe de l’arrivée prochaine d’un effondrement écologique majeur qui va durer des millions d’années et sans retour arrière possible. En tout cas, ce sont les conclusions que tirent les experts du projet nommé ERC Magic. L’équipe de ce dernier s’est servie de données de pollen fossile d’Asie avec des informations récentes de type faunique, géologique ainsi que climatique.

Effondrement des écosystèmes actuels des steppes d’Asie centrale

Personne n’était parvenu à obtenir une reconstitution de la totalité du cycle de vie des steppes asiatiques, en tout cas de façon aussi pertinente. En ayant rassemblé près de 43 millions d’années d’évolution, les experts sont parvenus à des résultats inédits. En effet, les scientifiques ont pu en savoir nettement plus par rapport à la résilience de ces écosystèmes. La fameuse étude dévoile que la biodiversité actuelle en Asie a été conçue par les changements climatiques majeurs du passé mais également par la conception des sommets tibétains, sans oublier la réduction et la disparition totale des mers intérieures.

Malgré cela, les plantes dominant le paysage passé sont toujours là aujourd’hui. Or, elles sont assez rares. Cela signifie que les populations peuvent subir ces changements brusques par rapport au climat, malgré le fait que des extinctions générales n’aient pas lieu.

De nos jours, les relevés par rapport au climat et les prédictions des modèles climatiques dévoilent que l’Asie intérieure est actuellement l’une des zones les plus chaudes et les plus sèches de la Terre. Ainsi, de multiples espèces sont en grand danger, les cultures sont souvent détruites à cause de la sécheresse et par les mers de sable englobant les steppes indigènes (qui sont vitales notamment pour le pâturage du bétail). Les conclusions de cette étude disent que si le phénomène d’effondrement écologique se poursuit sur le rythme actuel, les écosystèmes de l’Asie intérieure ne pourront tout simplement pas s’en remettre.