Dernière période glaciaire : une trentaine de changements climatiques soundains

Dernière période glaciaire : une trentaine de changements climatiques soundains

1 juin 2021 0 Par Guillaume

Saviez-vous que l’archipel de Svalbard est le point central du réchauffement de la Terre ? Un expert glaciologue, du nom de Heidi Sevestre ainsi que d’autres professionnels du Climate Sentinels (il s’agit des sentinelles du climat), sont en plein cœur d’une mission totalement inédite se déroulant dans le Svalbard, territoire norvégien. Il s’agit d’une zone que les experts définissent en tant que véritable épicentre du bouleversement du climat actuel. En septembre de l’an dernier, l’expérience avait été partagée via un direct Facebook.

Énormément de changements de températures dans le passé

Dans le passé, la planète a connu une multitude de bouleversements du climat. Soudains et conséquents, leurs causes ne sont pas définies de façon claire. De plus en plus d’études s’attardent sur la complexité du climat … ainsi que de la glace.

Les carottes glaciaires dévoilent une hausse de cinq à seize degrés sur la surface du Groenland, en seulement quelques siècles, voire plusieurs décennies. Un bouleversement climatique soudain a eu lieu environ trente fois pendant la dernière période glaciaire (cette période correspond à -110.000 à -10.000 ans). Il n’y a pas de véritable consensus chez les experts afin d’expliquer ces puissants et brutaux changements, appelées « événements de Dansgaard-Oeschger ».

Une multitude d’interrogations et peu de réponses

De multiples études ont porté sur les interrogations suivantes : quels éléments du système climatique ont été les premiers touchés quand ces épisodes ont débuté ? Serait-ce les courants océaniques présents dans l’Atlantique Nord ? Les régimes des vents et des précipitations situés dans l’hémisphère Nord, ou la prolifération de la glace de mer dans la zone arctique ont-ils engendré le bouleversement du climat ? Beaucoup d’experts climatiques et de paléoclimatologues se posent ces questions.

Une nouvelle étude sur le sujet est récemment apparue dans la célèbre revue scientifique Nature Communications. À la suite de l’étude de deux carottes de glace et différentes modélisations, les auteurs ont constaté qu’il n’y a pas de schéma systématique provenant des événements de Dansgaard-Oeschger. En effet, lors de chaque événement, rien n’était identique (cela valant notamment pour l’ordre des changements ou leur degré d’intensité). Ainsi, ces études permettent la mise en avant de la grande complexité du système climatique et des changements liés au climat.

La glace de mer en Arctique joue un rôle essentiel

Le système du climat se base sur une multitude d’aspects, tels que par exemple les courants océaniques, les glaces de mer ainsi que les régimes du vent. Ces éléments sont liés les uns aux autres. Ainsi, ils peuvent se mettre en route et prendre de l’ampleur en même temps. D’ailleurs, c’est ce phénomène qui aurait engendré les violents bouleversements du climat de la dernière période glaciaire.

Les conclusions mettent en avant l’importance de restreindre le réchauffement actuel, par exemple en diminuant les émissions anthropiques (d’origine humaine) de gaz à effet de serre. La finalité est de réduire le changement climatique prévisible et continu, et de baisser le plus possible le danger de survenue changement climatique brutal.

Un des objectifs de l’étude est d’effectuer un transfert des savoirs acquis sur le climat passé au climat d’aujourd’hui. Les études par rapport au paléoclimat peuvent offrir la possibilité de déterminer des signaux d’alerte et des seuils avertissant d’un possible bouleversement soudain du climat (d’un point de basculement). Ce dernier pourrait être causé par la glace de mer en Arctique, ayant eu une fonction essentielle dans le passé et se réduisant inexorablement actuellement.